La P.N.L

Programmation neuro-linguistique ou PNL

La PNL est née au cours des années 70 en Californie, à l’Université de Santa Cruz. Deux américains John Grinder (linguiste) et Richard Bandler (informaticien), tous deux également diplomés en psychologie, ont analysé très précisément comment faisaient réellement les communicants qui obtenaient les meilleurs résutats. Il se sont naturellement tourné vers des thérapeutes comme le Docteur Milton Erickson, V.Satir, F.Perls…, pour analyser leur communication.

Depuis ces premières avancées, de nombreux autres chercheurs sont venus compléter et l’enrichir ces découvertes. Certains sont reconnus dans le monde de la psychologie, comme Robert Dilts, Steve et Connirae Andréas,  S.O’connor, G.Laborde, Gilbert Cagnon, etc… ). Ils ont parfois orienté leurs recherches vers l’étude des croyances inconscientes,  la santé,  l’identité personnelle, l’étude de expérience sensorielle, la représentation mentale dans le temps dans l’espace, etc…

Des définitions

Richard Bandler explique que: ” la PNL fournit le mode d’emploi du cerveau”.

On la définit parfois comme l’étude de l’expérience subjective de la personne. Comment fait celle ci, intérieurement, pour obtenir ses résultats, ou échouer.

Nous dirons que c’est un ensemble de méthodes et techniques pour permettre le changement, et probablement, en même temps, une philosophie de la vie. La PNL cherche, en premier lieu, à modéliser une expertise, un savoir faire utile, ou, pourquoi pas, ” l’excellence humaine”.On recherchera avant tout et très précisément, COMMENT fait le “modèle”, (et non pourquoi il le fait).  Le but est de permettre à d’autres de reproduire ces stratégies internes et externes, , afin d’obtenir les mêmes résultats.

Afin d’atteindre cet objectif, ces experts ont développé des moyens très performants pour comprendre le fonctionnement mental de la personne à modéliser, en s’attachant à assimiler, le plus fidèlement et précisément possible, son expérience interne et sensorielle.

Il est donc normal que la PNL ait réussi à apporter des améliorations dans autant de domaines: (apprentissage, bien etre, coaching, communication, psychothérapie, créativité …etc..) où elle provoque régulièrement des changements ou évolutions positives et parfois si efficaces qu’on les qualifie, à tort, de “magiques”.

Pourquoi ce nom bizarre ?

Programmation : De part nos expériences passées, milieu d’origine, notre éducation. Nous reproduisons donc des comportements, des habitudes ou automatismes…

Neuro : parce que c’est notre cerveau qui « stocke » ces automatismes.

Linguistique : Parce qu’ils se manifestent au travers de notre vocabulaire et surtout de notre langage non verbal.

(R.Bandler aurait dit, avec son humour habituel : ” peut être, qu’un nom aussi complexe donnera aux gens l’envie de venir nous voir pour en apprendre davantage…”).

Les hypothèses de travail de la PNL

Il n’est pas possible de ne pas communiquer, et ce que l’on dit est la plupart du temps moins important que la manière dont on le dit. Le langage non verbal est prépondérant.

La carte n’est pas le territoire, c’est à dire que notre perception de la réalité n’est pas la réalité elle-même mais souvent une toute petite partie, ce que nous montrent “les filtres” de notre éducation, de nos croyances, de notre état émotionnel,..etc.

La carte n’est pas réellement le territoire, c’est à dire que notre perception de la réalité n’est pas la réalité elle-même mais le plus souvent seulement une petite partie, une représentation limitée. Ce sont les limites des “filtres” provoqués par notre histoire,  nos croyances,  notre état d’esprit du moment …etc.

Nous avons déjà en nous les capacités ou ressources dont nous pouvons avoir besoin, la plupart du temps dans un autre moment et contexte de notre vie. Sinon, nous pouvons toujours aller les copier chez quelqu’un d’autre.

Un comportement obéit quasiment toujours à une intention positive pour l’auteur. Ce sera là en tout cas une hypothèse bienveillante pour provoquer un changement.

Une personne fait toujours ce qui lui apparaît comme le meilleur choix possible pour elle au moment où elle le fait, en fonction de ses connaissances, des possibilités du moment …

Dans notre quotidien, il n’y a pas d’échec, il n’y a que du “retour d’information”, ou expériences, et l’absence du résultat attendu n’est que l’occasion de chercher une autre réponse.

Les « parties » de la personnalité

Tout comme la psychanalyse, la gestalt thérapie, la psychosyntèse … , on considèrera en PNL que l’individu est composé d’un ensemble de facettes ou “parties” de la personnalité qui peuvent collaborer ou être en conflit. On pourrait également parler de “cotés de soi », ou tendances de la personnalité. Cette vision de la personnalité, relativise les comportements ou difficultés et permet de les solutionner plus facilement ern les circoscrivant à “un côté de vous” qui ne peut pas s’empêcher de …

La PNL dit aussi que nous avons normalement avancé en age, mais que certaines parties de nous-mêmes peuvent rester “bloquées”dans notre mémoire (enfance ou adolescence…), en général au moment d’un traumatisme de vie, et fonctionnent encore de la même manière, immature ou traumatisée. Des techniques de PNL vont permettre de négocier avec ces parties afin de les aider à trouver des réponses plus adaptées à leur objectif. Le résultat en sera, bien entendu, la disparition de la difficulté qui compliquait la vie.

Le travail sur les croyances

Une croyance est une affirmation personnelle que nous supposons exacte. (nous parlons, ici, bien entendu, de croyances sur nos propres capacités, sur ce qui, pour nous, est vrai, sur qui nous sommes réellement, ce que l’on pense réalisable, possible .. etc …). Elle se traduit en pensée positives … ou négatives.

L’ensemble des croyances d’une personne compose un système cohérent que l’on appellera son “modèle du monde”.

La PNL considère que l’on ne pourra apprendre ou modifier un comportement, aider à changer, améliorer … que lorsque cette personne sera totalement en accord avec cet objectif, l’estimera bénéfique … Il est indispensable qu’elle pense que c’est possible, juste, “bien”, etc… Autrement dit, lorsqu’aucune croyance majeure ne l’empêche.

On parviendra à identifier les croyances en demandant : pourquo ou pour quoii? ou encore: Qu’est ce qui pourrait empêcher? Qu’est ce que ça signifie pour vous? Que craignez vous?

Il existe plusieurs techniques de PNL efficaces pour travailler à modifier les croyances.

Comment se déroule une séance, utilisant la PNL ?

Le thérapeute formé à la PNL cherchera d’abord à comprendre la situation actuelle (Que se passe t-il?) en cherchant ce que fait la personne pour créer et maintenir son problème (et passera sur les détails de sa vie . Ensuite il accompagnera la personne dans la détermination de son objectif en vérifiant qu’il soit bien formulé positivement, le contexte ( comment, quand, où ? . Cet objectif doit rester réalisable, et apporter autre chose d’encore plus important, dépendre uniquement d’elle. Restera à vérifier les avantages dus à la situation actuelle et les éventuels inconvénients de l’objectif.

Enfin, ne reste plus qu’a déterminer de quoi la personne à besoin (savoir-faire, ressources ..) ou ce qui pourrait l’empêcher d’atteindre cet objectif.

La suite de la séance va consistrer à appliquer la ou les techniques appropriées pour favoriser le changement … et permettre d’atteindre l’objectif (la plupart du temps, il faudra entre 1 et … X séances) en utilisant la très conséquente “boite à outils” des techniques de PNL.

Que peut-on changer avec la PNL ?

Le champ d’application de la PNL est vraiment très large reste en fait dépendant des capacités du thérapeute. Chacun devra trouver celui qui saura comprendre et l’aider à atteindre ses objectifs. Ce ne sera pas le plus facile. Les pathologies dépendant de la psychiatrie sont, bien entendu à exclure.

Reste une seule question pour vous : Etes vous êtes prêt(e) à changer ?